Gynécologie / Examens gynécologiques / Examens gynécologiques

Types d'examens gynécologiques


Deux situations vont amener une patiente à demander un examen gynécologique :

  •  la patiente présente une pathologie qui nécessite un examen gynécologique, il s'agit donc d'une consultation dans le cadre d'une démarche diagnostique, s'adressant à une patiente présentant une pathologie
  •  la patiente ne présente pas de pathologie gynécologique, elle vient pour un examen gynécologique systématique, il s'agit alors d'une démarche de dépistage, s'adressant à une patiente ne présentant pas, a priori, de pathologie.

L’examen clinique

Il comporte :
  •  un examen général, qui apprécie le corps de la patiente, poids et taille et d’éventuelles altérations de l’état général ou de pathologies des autres appareils
  •  un examen abdominal, avec une palpation du ventre afin de détecter des douleurs suspectes, un syndrome tumoral abdomino-pelvien ou une anomalie des fosses lombaires
  •  une palpation des seins, afin de détecter la présence d'un kyste ou d'une grosseur, éventuelle tumeur cancéreuse
  •  un examen périnéal, précisant les signes d’imprégnation hormonale réglant le développement des tissus des organes génitaux externes et le développement des caractères sexuels secondaires, il permet de détecter l’existence d’une pathologie infectieuse ou de vérifier des séquelles obstétricales types déchirures, épisiotomies ou fistules
  •  un examen pelvien, qui commence par un examen au spéculum puis par le toucher vaginal. En premier lieu, le gynécologue examinera votre vulve, le col de l’utérus et les ovaires. Cet examen est complété par un toucher vaginal ganté, il palpera vos organes génitaux internes, tout en appuyant sur votre abdomen. A ce moment là un frottis du col utérin peut être réalisé.

Les examens complémentaires cytohistologiques ou les biopsies

Ces examens vont permettre le diagnostic histologique précis. Il existe trois biopsies possibles :
  •  biopsie du col, analyse, par un médecin spécialement formé à cela, d'un morceau de chair issu du col de l'utérus et dont on suspecte, par le frottis ou la colposcopie, qu'il est porteur d'une lésion
  •  biopsie de l’endomètre, elle intervient lorsqu’une femme est ménopausée et présente des saignements vaginaux anormaux. Cela peut être le signe d'un problème tel qu'infection, déséquilibre hormonal, modifications précancéreuses ou même cancer de l’utérus
  •  biopsie vulvaire et vaginale, on les réalise habituellement sous anesthésie locale. La biopsie vulvaire doit être envisagée face à toute lésion vulvaire dont le diagnostic est incertain et surtout chez la femme âgée, pour qui le cancer de la vulve est plus fréquent. La biopsie vaginale doit être pratiquée s’il y a une lésion visible, elle peut également se faire sous colposcopie.

Adal Gynéco vous recommande trois examens à ne pas rater:

  •  rendez-vous pour un frottis de dépistage
Cet examen est prescrit surtout à titre préventif, tous les ans, pour dépister un éventuel cancer.
Le frottis, à quelle fréquence ? Il est habituel de pratiquer le premier frottis de dépistage au cours de l'année qui suit les premiers rapports sexuels.
A noter : si vous avez vos règles, votre gynéco ne pourra pas faire de frottis. De même, si vous souffrez de pertes vaginales importantes ou anormales, votre gynécologue vous prescrira sans doute un traitement local. Vous reprendrez alors rendez-vous pour un frottis.
HPV est l'abréviation pour Human Papilloma Virus. Une centaine de virus de cette famille ont été identifiés à ce jour comme responsables d'une infection génitale mais seuls une dizaine d'entre eux sont associés au cancer du col de l’utérus. Voilà pourquoi leur dépistage est si intéressant.
Le test HPV, quand ? Jusqu'à présent, ce test était surtout réservé aux femmes dont le frottis comportait des anomalies. Mais de plus en plus de gynécologues pratiquent la technique des frottis dit en milieu liquide (une technique où les cellules ne sont pas étalées mais conservées dans une suspension liquide) qui permet la recherche d'HPV par biologie moléculaire.
A noter : àpartir de 25 ans, toute femme ayant eu des rapports sexuels doit faire un test HPV, si le résultat est normal la surveillance passe à un frottis tous les 3 ans.
  •  rendez-vous pour un test HPV
  •  rendez-vous pour une mammographie

La mammographie est l'examen clé dans le dépistage et le diagnostic précoce des cancers du sein. Plus le cancer est dépisté tôt, plus vous avez de chances de conserver votre sein. Cette mammographie se pratique des 50 ans ou avant en cas d’antécédents familiaux de cancer du sein ou lors de la découverte d’une boule ou anomalie dans un sein.
La mammographie, à quelle fréquence ? Votre gynécologue vous dira à quelle fréquence pratiquer votre mammographie (tous les ans ou tous les 2 ans) en fonction des résultats de chaque cliché et en fonction des antécédents de cancer du sein dans votre famille. Cette mammographie se pratique dès 50 ans, ou avant en cas d’antécédentes familiaux la recherche d’un cancer du sein ou lors de la découverte d’une anomalie (gonflements, nodules) dans un sein.
A noter : il vaut mieux faire la mammographie après les règles quand vos seins sont "dégonflés", elle sera moins douloureuse et les images seront plus faciles à lire.


Nous Contacter