Tout savoir sur la PMA


Stimulation ovarienne, insémination artificielle, FIV, ICSI… le point sur toutes ces techniques qui permettent de concevoir un bébé. De nos jours, de plus en plus de couples, touchés par des problèmes d’infertilité, se lancent dans des démarches de PMA.

Qu’est que la PMA?
Les techniques de la Procréation Médicalement Assistée permet aux couples qui ne parviennent pas à avoir d’enfants de concevoir. Il existe différentes PMA, plus ou moins invasives. Parmi elles on trouve l’insémination artificielle, la fécondation in vitro (FIV), la fécondation in vitro avec ICSI (« intracytoplasmic sperm injection») et la gestation pour autrui.

Les traitements de reproduction médicalement assistée s’adressent aussi bien aux couples présentant des problèmes de fertilité (infertilité masculine, infertilité féminine ou les deux) qu’à des femmes et hommes célibataires qui désirent avoir un enfant.

La PMA utilise plusieurs techniques:
  • La stimulation ovarienne - Est la plus simple et souvent la première proposition faite à un couple qui rencontre des troubles de la fertilité, particulièrement dans les cas d'absence d’ovulation, ou d'ovulations rares et/ou de qualité médiocre. La stimulation ovarienne consiste à augmenter la production par les ovaires du nombre de follicules matures, et ainsi obtenir une ovulation de qualité.
  • L'insémination artificielle - C'est la technique la plus ancienne, mais aussi la plus simple, qui consiste à injecter, à l'aide d'une pipette (ou d'un fin cathéter), les spermatozoïdes, directement dans l'utérus, le jour de l'ovulation. Simple et indolore, cette opération ne nécessite pas d'hospitalisation et peut être répétée sur plusieurs cycles. L'insémination artificielle est très souvent précédée d'une stimulation de l'ovulation.
  • La fécondation in vitro (FIV) - La fécondation in vitro est conseillée en cas de perturbation de l'ovulation, d'obstruction des trompes ou, chez l'homme, d’une qualité moyenne des spermatozoïdes ou des spermatozoïdes en nombre insuffisant. Il s'agit de mettre en contact des ovocytes (ovules) et des spermatozoïdes en dehors de l'organisme féminin, dans un milieu favorable à leur survie (en labo), en vue d'une fécondation. Trois ou cinq jours après le prélèvement des ovules, l'embryon ainsi obtenu est placé dans l'utérus de la future maman. L'avantage de cette technique: elle permet de "sélectionner" les spermatozoïdes et les ovules de meilleure qualité, grâce à une préparation des spermatozoïdes et éventuellement une stimulation ovarienne
  • L'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI): une autre forme de FIV L'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) est une technique de fécondation in vitro relativement récente. Elle consiste en la micro-injection d'un spermatozoïde dans le cytoplasme d'un ovocyte mature à l’aide d’une micro-pipette. Cette technique peut être indiquée en cas d’échec de fécondation in vitro (FIV) ou lorsqu’un prélèvement dans le testicule est nécessaire pour avoir accès aux spermatozoïdes. Son taux de réussite est d’environ 30 %.
 
Vues: 120